Intro­duc­tion

Crise épilep­tique

Lors d’une crise épilep­tique, il se produit un dysfonc­tion­ne­ment passager du cerveau. Il existe de nombreuses formes de crises épilep­tiques. Elles se manifestent par des symptômes qui peuvent aller de troubles cogni­tifs isolés lors d’absences (petites crises généra­li­sées ou « petit mal ») en passant par des spasmes muscu­laires brefs à l’état conscient (myoclo­nies) jusqu’aux « grandes » convul­sions avec perte de conscience (« grand mal »).

Les épilep­sies peuvent, par exemple, être la consé­quence d’une apoplexie, d’un trauma­tisme crânien, d’une tumeur cérébrale ou d’une maladie dégéné­ra­tive comme la maladie d’Alzheimer. Un tiers environ des épilep­sies est d’origine génétique, mais peu sont hérédi­taires. Il s’agit souvent de mutations non héritées (mutations de novo ou néomu­ta­tions). Aujourd’hui encore, il arrive que l’origine reste incer­taine.

Une ou même plusieurs crises d’épilepsie ne signi­fient pas forcé­ment que la personne concernée souffre d’épilepsie. Le diagnostic d’une épilepsie ne sera généra­le­ment confirmé qu’après la survenue spontanée et répétée de crises, sans facteur déclen­chant apparent. L’épilepsie n’est pas une seule maladie uniforme, mais regroupe de nombreuses patho­lo­gies aux symptômes, aux dérou­le­ments et aux causes variables.

Vrai et faux

L’épilepsie fait partie de ces patho­lo­gies au sujet desquelles courent beaucoup de fausses idées et de préjugés. Voici en revanche quelques affir­ma­tions au sujet de l’épilepsie qui sont correctes :

  • Les crises d’épilepsie ne sont pas toujours drama­tiques et accom­pa­gnées de contrac­tions muscu­laires et de convul­sions, elles peuvent aussi passer prati­que­ment inaper­çues, se manifester par exemple sous forme de brèves absences, de troubles senso­riels de courte durée, etc.
  • La plupart des personnes atteintes d’épilepsie ne présentent pas de handicap mental.
  • L’épilepsie n’est pas une maladie mentale (maladie psychique), mais une maladie neuro­lo­gique.
  • Plus de 90% de toutes les épilep­sies ne sont pas hérédi­taires.
  • Chez les personnes atteintes d’épilepsie, on trouve la même diver­sité de carac­tères que chez les autres êtres humains, elles ne se distinguent pas par les traits carac­té­ris­tiques tels qu’une intel­li­gence supérieure.

Auteur : Günter Krämer, dernière actua­li­sa­tion : 2017

Infor­ma­tions en albanais et portu­gais

albanais
portu­gais

Contenus apparentés

Dépliants d’information
Pour les jeunes
Manifes­ta­tions