Lors de voyages sous d’autres latitudes, il faut se souvenir qu’à cause du décalage horaire, le rythme de sommeil et d’éveil change. Cela concerne le vol, évidem­ment, mais généra­le­ment aussi les deux ou trois jours qui le suivent. Dans la mesure du possible ne pas changer de rythme trop brusquement.

Il faut absolu­ment conti­nuer de prendre les médica­ments au rythme habituel. Lorsqu’on voyage vers l’ouest, on « gagne du temps » (la journée de voyage s’allonge), quand l’avion met le cap à l’est, on « perd du temps » (la journée de voyage se raccourcit). Le jour du voyage, il faudrait augmenter ou diminuer le dosage des médica­ments propor­tion­nel­le­ment au décalage horaire.

La règle d’or : lors de vols long-courriers, ne réglez pas votre montre pendant le trajet et prenez vos médica­ments à l’heure normale. Changez l’heure à l’atterrissage et prenez (ou reprenez) vos médica­ments à l’heure normale. Une formule plus précise figure dans notre dépliant « L’épilepsie en voyage ».

Dépliant « L’épi­lepsie en voyage »

Télécharger Dépliant
Commander Dépliant
Toutes les questions fréquentes