Recon­nais­sance et soutien finan­cier pour les travaux sur l’épilepsie de scien­ti­fiques bernois, genevois et zurichois : cette année, le Prix d’encouragement de la recherche de la Ligue contre l’Epilepsie est réparti entre deux projets et le Prix Alfred Haupt­mann pluri­na­tional récom­pense des Suisses. 

Juin 2021 – Le Prix d’encouragement de la recherche 2021 de la Ligue contre l’Epilepsie, doté de 25 000 francs, est décerné à deux chercheurs : Dr Georgia Raman­tani, de l’Hôpital univer­si­taire de Zurich, pour son projet sur les EEG de sommeil chez les enfants, et Dr Frédéric Zubler, de l’Inselspital de Berne, pour ses recherches sur l’analyse des EEG grâce à l’intelligence artificielle.

Le Prix Alfred Haupt­mann, qui récom­pense le meilleur travail scien­ti­fique en épilep­to­logie dans l’espace germa­no­phone, revient à Dr Maxime Baud (Berne) et Dr Timothée Proix (Genève) pour leur article « Forecas­ting seizure risk in adults with focal epilepsy : a develop­ment and valida­tion study », publié en 2020 dans la revue Lancet Neuro­logy. Pour simpli­fier, il s’agit ici d’une sorte de « prévi­sions météo » pour personnes atteintes d’épilepsie. Un dispo­sitif implanté dans le cerveau mesure l’excitabilité et peut ainsi alerter de la survenue possible de crises épileptiques.

Le Prix Alfred Haupt­mann est attribué conjoin­te­ment par les Sociétés allemande et autri­chienne d’épileptologie et la Ligue Suisse contre l’Epilepsie tous les deux ans. Les 10 000 euros dont il est doté sont mis à dispo­si­tion par la société UCB. Le prix porte le nom du neuro­logue allemand Alfred Haupt­mann, qui a été contraint d’émigrer d’Allemagne en 1933.


Prix de la recherche : mieux lire les courbes d’activité électrique du cerveau

Les deux projets distincts qui se partagent le Prix d’encouragement de la recherche de la ligue portent sur la mesure de l’activité électrique du cerveau par EEG, un élément essen­tiel du diagnostic de l’épilepsie.

Le projet zurichois de Georgia Raman­tani, « Sleep homeo­stasis affects scalp HFO rates in pedia­tric epilepsy », s’intéresse aux stades du sommeil durant lesquels se produisent les oscil­la­tions à haute fréquence (OHF) chez les enfants. Mesurées par EEG, celles-ci sont consi­dé­rées comme des biomar­queurs promet­teurs pour un diagnostic plus précis et un traite­ment plus ciblé des enfants atteints d’épilepsie.

Frédéric Zubler, de Berne, veut mettre au point un système d’apprentissage profond pour l’analyse des EEG. A l’heure actuelle, les tracés EEG doivent encore, dans une large mesure, être examinés indivi­duel­le­ment par des spécia­listes, un processus très chrono­phage. Un système d’apprentissage automa­tique qui « s’entraîne » avec de grandes quantités de données et détecte diverses anoma­lies pourrait à l’avenir faciliter et compléter cette interprétation.

Les prix seront remis lors du congrès annuel de la Ligue contre l’Epilepsie, qui se dérou­lera cette année le 19 août à Bâle (journée bâloise de l’épilepsie). Comme Frédéric Zubler est membre du comité de la Ligue contre l’Epilepsie, la décision de la commis­sion de recherche a été appuyée par deux exper­tises externes.

Contenus apparentés

Basler Epilep­sietag (en allemand)
La recherche porte ses fruits
Commu­ni­qués de presse