Oui, cela peut arriver. Il est donc impor­tant pour les femmes de noter exacte­ment si les menstrua­tions ont un effet sur la fréquence des crises. Si tel est le cas, il peut être judicieux, en concer­ta­tion avec un‑e neuro­logue et un‑e gynéco­logue, de prendre la pilule contra­cep­tive sans inter­rup­tion, de prendre des médica­ments antiépi­lép­tiques supplé­men­taires de manière ciblée ou de recourir à d’autres mesures.

En savoir plus sur la contra­cep­tion et l’épilepsie

Les fluctua­tions hormo­nales pendant la grossesse peuvent égale­ment avoir des consé­quences. Vous en appren­drez plus à ce sujet dans notre dépliant « Mater­nité et épilepsie ».

La ménopause peut égale­ment avoir un effet sur les crises d’épilepsie que ce soit une amélio­ra­tion ou une aggra­va­tion. Dans cette phase de la vie, il est utile de vérifier le taux sanguin des médica­ments ; il faut parfois ajuster la dose. Les femmes atteintes d’épilepsie grave peuvent avoir une ménopause prématurée.

À l’inverse, les déséqui­libres hormo­naux peuvent être dus aussi bien à la maladie elle-même qu’aux médicaments.

En savoir plus sur l’épilepsie et la sexua­lité, la contra­cep­tion et la maternité 

 

 

Dernière actua­li­sa­tion : Novembre 2021
Auteur : Frédéric Zubler
Toutes les questions fréquentes