Les cas documentés de crises épilep­tiques imputables à l’acte sexuel sont extrê­me­ment rares. En principe, il n’y a donc rien à craindre, mais il vaudrait quand même mieux instruire une parte­naire intime sur la manière de réagir en cas de crise.

Toutes les questions fréquentes