La règle suivante prévaut : pour les vélos électriques « rapides » avec plaques minéra­lo­giques (officiel­le­ment « cyclo­mo­teurs », aussi appelés S‑pedelecs), les mêmes règles s’appliquent que pour les motos et donc que pour la voiture (voir le lien ci-dessous). En outre, le port du casque est obliga­toire et l’âge minimum est de 14 ans.

Pour les bicyclettes normales et les vélos électriques « lents » (égale­ment appelés e‑bikes ou officiel­le­ment « cyclo­mo­teurs légers »), la situa­tion est moins claire. Il n’y a pas de règles officielles, et c’est à chaque personne de décider pour elle-même. En roulant prudem­ment elle se met surtout en danger soi-même. En outre, dans le cas d’une « aura », il est généra­le­ment possible de réagir et de s’arrêter plus rapide­ment qu’au volant d’une voiture. Cela dépend donc beaucoup de la situa­tion individuelle.

Nous recom­man­dons une évalua­tion person­nelle des risques en colla­bo­ra­tion avec le/la neuro­logue traitant/e. Il peut être utile de respecter certaines restric­tions afin de réduire les dangers. Par exemple :

  • Conduire unique­ment dans des zones à circu­la­tion réduite ou dans des parcs.
  • Conduire lente­ment et prudemment
  • Évitez les tronçons de route abrupts ou dange­reux, par exemple ceux où une chute serait plus risquée.
  • Ne pas rouler seul(e).
  • Ne rouler qu’à un moment de la journée où les crises ne se produisent généra­le­ment pas.

Il peut égale­ment être utile d’uti­liser un tricycle pour éliminer le risque de chute.

C’est toujours un compromis : certaines personnes privi­lé­gient la prudence et s’en passent volon­tai­re­ment, alors que d’autres ne conçoivent pas la vie sans vélo.

Dans tous les cas le port du casque devrait être une évidence, en parti­cu­lier pour les personnes qui sont atteintes d’épilepsie.

Auteur : Frédéric Zubler ; dernière actua­li­sa­tion (lien): 12 septembre 2021.

Epilepsie et conduite

Plus d’infor­ma­tions
Toutes les questions fréquentes