Symbolbild Maske

15 juillet 2020

Depuis le 6 juillet 2020, les masques sont obliga­toires dans les trans­ports publics en Suisse. L’ordon­nance prévoit expli­ci­te­ment des excep­tions pour des raisons de santé.

Actuel­le­ment, les décla­ra­tions dans les médias ont pu donner l’impres­sion que la seule épilepsie est une raison suffi­sante pour ne pas porter de masque. La Ligue Suisse contre l’Epi­lepsie, l’orga­ni­sa­tion profes­sion­nelle sur le sujet de l’épi­lepsie, ne peut pas confirmer ceci de manière générale. « Avec une épilepsie bien réglée, le port d’un masque est recom­mandé », déclare le profes­seur Dr Barbara Tetten­born, prési­dente de la Ligue contre l’épi­lepsie et médecin-chef de la Clinique de neuro­logie de l’Hôpital cantonal de Saint-Gall.

Au pire, un masque mal ajusté pourrait glisser et bloquer les voies respi­ra­toires lors d’une crise convul­sive. Il est impor­tant que le masque soit de bonne qualité et fixé avec soin. Pour les patient le plus grave­ment atteints, il est néces­saire que les personnes qui les accom­pagnent reçoivent des instruc­tions appro­priées. S’il existe d’autres raisons médicales pour ne pas porter de masque, celles-ci doivent être discu­tées indivi­duel­le­ment avec le médecin généra­liste ou le neuro­logue, qui peut égale­ment délivrer un certi­ficat corres­pon­dant. Les enfants de moins de 12 ans sont de toute façon exemptés de l’obli­ga­tion de porter un masque.

En principe, la recom­man­da­tion sur la tolérance s’applique : quiconque voit des compa­gnons de voyage sans masque doit d’abord demander poliment s’il y a de bonnes raisons à cela. Après tout, les handi­caps ou maladies respi­ra­toires ne sont pas toujours recon­nais­sables pour tout le monde.

Infor­ma­tions de l’OFSP sur les masques